Ville de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier
Une qualité de vie à l'orée de la forêt laurentienne
Une qualité de vie à l'orée de la forêt laurentienne
menuFermer le menu

Communiqué - Plan d'urbanisme de la Ville de Fossambault-sur-le-Lac - Le projet sera retiré

Le 7 mai 2021






Pour diffusion immédiate


COMMUNIQUÉ

PLAN D’URBANISME DE LA VILLE DE FOSSAMBAULT-SUR-LE-LAC

LE MAIRE DE SAINTE-CATHERINE-DE-LA-JACQUES-CARTIER A RENCONTRÉ CELUI DE FOSSAMBAULT-SUR-LE-LAC

LE PROJET SERA RETIRÉ


 

Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, le 7 mai 2021. – M. Pierre Dolbec a rencontré, le 6 mai dernier, son collègue de Fossambault-sur-le-Lac, M. Jean Perron, afin de lui faire part des préoccupations du conseil et des citoyens sur le projet de plan d’urbanisme BÂTIR 2031 et particulièrement sur le programme particulier d’urbanisme pour les lots 4 745 072 et 6 291 254 qui vise un projet résidentiel qui a fait l’objet d’une attention médiatique importante et suscite des inquiétudes.
 

 

Ce projet, encore à l’étape des consultations, a suscité diverses préoccupations de la Ville de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, notamment ses impacts sur la prise d’eau potable de la Ville près de la baie de Duchesnay, le rejet des eaux usées de la Ville de Fossambault-sur-le-Lac dans la rivière Ontaritzi, l’état de santé du lac Saint-Joseph et la circulation dense sur la route 367, empirée par les développements domiciliaires à Saint-Raymond et à Pont-Rouge; deux villes situées à l’extérieur de la Communauté métropolitaine de Québec et où est favorisé l’étalement urbain.
 

 

Les deux maires ont eu une discussion cordiale. Suivant cette rencontre, le maire de Fossambault-sur-le-Lac a avisé M. Dolbec que le projet serait retiré.
 

 

Il était de l’intention de la Ville de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier d’exiger une étude d’impact du projet, autant sur le plan environnemental que sur le plan de la circulation routière. M. Dolbec convient avec son collègue que le précédent usage de ces lots pour une plage publique ou un camping n’était pas non plus sans affecter la circulation et la qualité de l’environnement. Mais la privatisation des accès au lac et les critères de densité qu’exige la Communauté métropolitaine de Québec ne sont pas sans conséquences non plus.
 

 

M. Dolbec tient à remercier son collègue pour les échanges cordiaux qui ont eu lieu. L’échange d’information et la concertation entre les deux villes aura sans doute des répercussions positives pour l’avenir.
 

 

-30-

 


 

Source :   Marcel Grenier, directeur général et greffier

                 418 875-2758, poste 101

 

 

 

 

 

Partagez la nouvelle